Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

Menu
La serre amazonienne du Lunaret à Montpellier

La serre amazonienne du Lunaret à Montpellier

Poursuivant la thématique animalière de ce mois de février, je vous propose après le grand frisson de la Ferme aux Crocodiles de Pierrelatte de découvrir la Serre Amazonienne qui se trouve à l'entrée du zoo du Lunaret de Montpellier.

Profitant d'une escale à Montpellier et ayant un peu de temps libre devant moi, j'ai décidé de revenir près d'une dizaine d'années dans le temps. Un temps où j'étais encore étudiant à Montpellier. J'habitais tout près du Lunaret dans une des nombreuses  j'avais mes habitudes au palais des Sports René Bougnol (situé juste à côté du parc zoologique) pour voir jouer les stars du Montpellier Handball et où comme tout bon montpelliérain qui se respecte, j'allais flâner dans les allées du zoo en quête de calme pour me ressourcer de ces semaines stressantes de préparation du CAPES et du PLP. 

C'est donc plein de nostalgie que j'aborde cette redécouverte de la serre amazonienne. 

La Serre Amazonienne située à l'entrée du Zoo du Lunaret (février 2017, images personnelles)
La Serre Amazonienne située à l'entrée du Zoo du Lunaret (février 2017, images personnelles)

La Serre Amazonienne située à l'entrée du Zoo du Lunaret (février 2017, images personnelles)

Le concept de la serre amazonienne

Le 30 juin 2007, une immense arche de Noé en béton, verre et acier ouvrait ses portes à un public de curieux, désireux de découvrir enfin l'intérieur du bâtiment qui modifie désormais radicalement l'entrée du Parc zoologique du Lunaret. Durant de longs mois, les équipes du zoo ont travaillé pour donner vie à un petit morceau d'Amazonie à l'entrée du Lunaret, un des poumons verts de la ville de Montpellier. J'ai eu la chance de faire parti des premiers milliers de visiteurs à découvrir le lieu lors du week end d'inauguration. 

Les dimensions du bâtiment impressionnent. 2600 mètres carré au sol; 14,5 mètres de hauteur. 

La scénographie du parcours a été particulièrement étudiée pour présenter différents types climats tropicaux pour en montrer toute la complexité et sa beauté. Cela passe par la présentation au public  de plus de 3500 espèces végétales qui agrémentent le circuit de visite allant de toutes petites et discrètes essences aux grands arbres qui recréent la skyline de la forêt tropicale. L'un des grands moments de la visite étant d'admirer tel un oiseau cette canopée depuis la passerelle qui traverse toute la serre en surplombant cette dense canopée.

500 animaux allants du caïman à lunettes aux serpents, en passant par les oiseaux, les poissons emblématiques du milieu tropical. Ils vivent parmi 3500 végétaux de toutes tailles pour reconstituer plusieurs variantes de ce climat. Découvrons ensemble les richesses de cette serre au fil de la visite...

Les caimans à lunettes accueillent les visiteurs dès leur entrée dans la serre (février 2017, image personnelle)

Les caimans à lunettes accueillent les visiteurs dès leur entrée dans la serre (février 2017, image personnelle)

Le circuit de visite

La caisse se trouve sur votre gauche au niveau du portique d'entrée du zoo. Une fois votre billet en poche, vous pouvez vous rendre dans la serre sur votre droite et qu'on ne peut pas manquer. Première frustration par rapport à mon souvenir. L'immense mur végétal qui surplombait l'entrée à la serre n'est plus. Il n'a certainement pas du résister aux températures  estivales caniculaires à Montpellier. C'est dommage car il en imposait ! 

L'imposante mais élégante silhouette de la Serre Amazonienne, son entrée et feu son mur végétal (février 2017, images personnelles)
L'imposante mais élégante silhouette de la Serre Amazonienne, son entrée et feu son mur végétal (février 2017, images personnelles)

L'imposante mais élégante silhouette de la Serre Amazonienne, son entrée et feu son mur végétal (février 2017, images personnelles)

Une fois le billet scanné, nous entrons dans une première salle plongée dans l'obscurité. La visite commence sur une deuxième fausse note. En effet, le mur qui nous fait face est une surface de projection sur laquelle étaient projetées des images relaxantes. Le système audio diffusait des chants d'oiseaux, des bruissements de feuilles qui permettaient aux visiteurs de quitter leur train train quotidien pour entrer en douceur dans la serre et son atmosphère tropicale. Espérons que les investissements prévus sur 4 ans pour permettre au zoo de se moderniser permettrons de restaurer ces deux belles idées ! 

Point positif, un sèche main reconverti en chauffe lunettes vous permettra de réchauffer lentement vos verres de lunettes et ainsi éviter le choc thermique entre la fraîcheur extérieure et la chaleur et l'humidité de la serre. 

Et lorsqu'on pousse la porte, on entre de plein pied dans la serre. La végétation est toute aussi luxuriante que dans mes souvenirs et on ne peut s'empêcher de laisser s'échapper un wahou d'émerveillement. On est immédiatement saisi par la chaleur et le taux d'hygrométrie importants maintenus dans la serre pour le confort de tous ses pensionnaires et de ces milliers de végétaux plantés autour du sentier de visite. Nous entrons dans le premier milieu présenté dans cette serre : l'estuaire. Végétation luxuriante, petites bras d'eau qui courent autour du circuit de visite, formation de petits points d'eau, Tout est fait pour nous surprendre et dépayser !

Dépaysement garanti en entrant dans la serre ! (février 2017, images personnelles)

Dépaysement garanti en entrant dans la serre ! (février 2017, images personnelles)

Sur notre droite se trouve un grand bassin qui accueille des caïmans à lunettes, des piranhas à ventre rouge et des tortues peuplent ce premier espace. La serre étant très lumineuse pour le confort de tous ses pensionnaires, il vous sera difficile de parvenir à leur tirer le portrait.  Aux reflets se rajoutent D'ailleurs toutes les photos de cet article ont été légèrement retouchées avec Picasa pour corriger les reflets de vitres un peu trop voyants. 

Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)
Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)
Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)
Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)
Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)

Caimans, piranhas, tortues occupent le premier bassin à l'entrée (février 2017, images personnelles)

Nous continuons notre circuit et nous nous laissons emporter dans la visite vers un grand espace qui accueille d'adorables petits paresseux alanguis sur les branches, des Caurales, petits oiseaux qui sautillent de flaque en flaque et des pacas, petits rongeurs plus difficiles à observer. Là encore, les reflets dans les vitres troublent l'observation mais avec un peu de patience, on parvient à les observer. Les enfants adoreront la placidité des paresseux et leur petite bouille mignonne comme chou et le caractère facétieux des caurales. 

Paresseux, caurales cohabitent paisiblement (février 2017, images personnelles)
Paresseux, caurales cohabitent paisiblement (février 2017, images personnelles)

Paresseux, caurales cohabitent paisiblement (février 2017, images personnelles)

en route vers le deuxième domaine climatique : la forêt dense ( février 2017, images personnelles)
en route vers le deuxième domaine climatique : la forêt dense ( février 2017, images personnelles)

en route vers le deuxième domaine climatique : la forêt dense ( février 2017, images personnelles)

En nous dirigeant vers la zone de la forêt dense, nous passons devant un vivarium qui accueille un boa puis un autre qui accueille deux lézards caïmans. La zone est plus sombre, et il devient plus facile de leur tirer le portrait. 

Le vivarium des caïmans (février 2017, images personnelles)
Le vivarium des caïmans (février 2017, images personnelles)

Le vivarium des caïmans (février 2017, images personnelles)

Juste avant d'arriver à la grande cascade, nous passons devant un grand espace qui accueille un tamanoir et quelques petits oiseaux dont je n'ai pu noter le nom et qui volent en liberté dans la serre. Très soucieux de leur apparence, ils passent leur temps à se nettoyer et à prendre soin de leur magnifique plumage noir. 

Le tamanoir en pleine recherche de son festin (février 2017, images personnelles)
Le tamanoir en pleine recherche de son festin (février 2017, images personnelles)

Le tamanoir en pleine recherche de son festin (février 2017, images personnelles)

Après avoir rencontré le Tamanoir et observé les toucans, nous pouvons jeter un oeil à une autre forme d'écosystème : la foret immergée qui nous permet de prendre conscience de la beauté et de la fragilité des forêts de mangroves dont les impressionnantes racines plongent dans l'eau. 

La cabane des explorateurs permet aux visiteurs d'en apprendre un peu plus sur les grenouilles. Elles vivent dans des vivariums plus petits mais présentant un taux d'hygrométrie et une température plus élevées que dans la serre. Cette cabane est aussi un des repères des oiseaux qui volent dans la serre. Ils adorent se poser sur le toit de la cabane, cela vous permettra de les observer de plus près. 

Tandis que les toucan vivent dans leur volière, d'autres oiseaux évoluent en liberté dans la serre (février 2017, images personnelles)
Tandis que les toucan vivent dans leur volière, d'autres oiseaux évoluent en liberté dans la serre (février 2017, images personnelles)
Tandis que les toucan vivent dans leur volière, d'autres oiseaux évoluent en liberté dans la serre (février 2017, images personnelles)

Tandis que les toucan vivent dans leur volière, d'autres oiseaux évoluent en liberté dans la serre (février 2017, images personnelles)

Au pied de la grande cascade qui contribue fortement à l'ambiance sonore de la serre, nous nous apercevons du soin qui a été apporté à la reconstitution de la biodiversité sous cette serre. Grands arbres, arbustes, petites fleurs discrètes, on est saisi par le souci du détail. 

Une ambiance végétale très soignée pour immerger le visiteur au cœur de ces différentes atmosphères tropicales (février 2017, images personnelles)
Une ambiance végétale très soignée pour immerger le visiteur au cœur de ces différentes atmosphères tropicales (février 2017, images personnelles)
Une ambiance végétale très soignée pour immerger le visiteur au cœur de ces différentes atmosphères tropicales (février 2017, images personnelles)
Une ambiance végétale très soignée pour immerger le visiteur au cœur de ces différentes atmosphères tropicales (février 2017, images personnelles)

Une ambiance végétale très soignée pour immerger le visiteur au cœur de ces différentes atmosphères tropicales (février 2017, images personnelles)

Nous poursuivons notre balade dans la serre mais elle se fait moins paisible puisque plusieurs vivariums présentent désormais aux visiteurs le fascinant travail des fourmis tropicales et quelques spécimens de mygales qui donnent froid dans le dos. Mon côté téméraire vient de trouver une limite.

Le pont suspendu est toujours présent et est toujours autant apprécié par les enfants. En revanche, au dessus de notre tête se trouve un dispositif que je trouvais innovant lors de mes précédentes visites et qui n'a pas fonctionné cette fois ci. En effet, deux gros blocs sont suspendus au plafond et sont censés reproduire dans une petite partie de la serre les conditions d'un orage tropical (pluie, éclairs et bruitages de tonnerre).

Autre petit point négatif, la grande vitre panoramique qui permet d'observer les singes de la serre sur une île située à l'extérieur n'est pas d'une grande utilité puisque la communauté composée de singes hurleurs et de tamarins empereurs, ne s'y trouve pas. Ni dans l'enclos intérieur qui leur est dédié dans la serre. Du coup, la visite perd un peu plus de son intérêt. Il en fait aucun doute qu'ils rejoindront à nouveau leurs quartiers car ils sont très appréciés des visiteurs. 

Ambiance aventure pour les enfants au milieu d'une végétation dense sous la surveillance d'iguanes (février 2017, images personnelles)
Ambiance aventure pour les enfants au milieu d'une végétation dense sous la surveillance d'iguanes (février 2017, images personnelles)
Ambiance aventure pour les enfants au milieu d'une végétation dense sous la surveillance d'iguanes (février 2017, images personnelles)

Ambiance aventure pour les enfants au milieu d'une végétation dense sous la surveillance d'iguanes (février 2017, images personnelles)

Changement radical d'atmosphère, nous allons pénétrer dans les entrailles de la terre. L'obscurité nous engloutit dans la grotte. Mais c'est pour mieux découvrir des espèces qui vivent la nuit. Pour ne pas déranger les tapirs et autres chauves souris présentés dans cette zone, je me suis permis de ne pas les photographier car les conditions d'éclairage n'étaient pas favorables. Quelques jeux sont proposés aux enfants pour leur permettre de tester leurs connaissances sur ces espèces atypiques. 

De retour à l'air libre, nous accédons à un point de vue incroyable sur la serre. Nous avons pris de la hauteur et allons emprunter le chemin des cimes (une passerelle qui domine la crête des arbres) qui nous permet de jeter un dernier coup d'oeil aux toucans et aux pensionnaires de la serre. 

La passerelle, un lieu idéal pour découvrir la canopée de la serre (février 2017, images personnelles)
La passerelle, un lieu idéal pour découvrir la canopée de la serre (février 2017, images personnelles)

La passerelle, un lieu idéal pour découvrir la canopée de la serre (février 2017, images personnelles)

La visite est sur le point de s'achever, nous entrons dans une nouvelle pièce remplis de magnifiques photos pour sensibiliser le public à la fragilité des écosystèmes amazoniens et tropicaux. Quelques postes informatiques permettent aux enfants de terminer la visite en s'amusant. 

Il ne nous reste plus qu'à nous diriger vers la sortie où une dernière surprise nous attend. En empruntant l'escalier qui nous conduit à la sortie, nous entrons dans la volière des ibis rouges. La couleur rouge vif de ces magnifiques oiseaux impressionne. Pas de barreau, de vitre entre eux et nous. Il faut faire le silence pour ne pas les effraye, s'armer d'un peu de patience pour pouvoir réaliser quelques clichés dans les meilleures conditions. 

En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)
En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)
En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)
En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)
En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)
En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)

En point d'orgue de la visite, la volière des ibis rouges (février 2017, images personnelles)

Une visite nostalgique entre émotion de redécouvrir le lieu qui m'a tant plu lors de son ouverture et qui n'a pas (trop) perdu de son charme. Mais une pointe d'amertume fait son apparition lorsque quelques détails durablement ancrés dans mes souvenirs (le mur végétal, le système d'orages tropicaux, la colonie de singe absente lors de ma visite) ne sont plus l'ombre que d'eux mêmes. Au final, c'est bien l'émerveillement de découvrir un si joli lieu consacré à la faune et la flore tropicale si près de chez nous, qui l'emporte. Espérons que les travaux de rénovation du parc zoologique du Lunaret permettront de retrouver ce lustre d'il y a dix ans. Bon anniversaire la Serre !!!

Informations pratiques

Comment se rendre au zoo du Lunaret et à la Serre Amazonienne ?

Le zoo se trouve à la jonction entre l'avenue Agropolis et l'avenue du Val de Montferrand. A l'attention des automobilistes, plusieurs grands parking sont mis à la disposition des visiteurs du zoo et de la serre. Ils sont gratuits, librement accessibles. Il faut parfois se munir d'un peu de patience mais on trouve facilement une place pour se garer. 

Vous pouvez également venir par le bus qui fait la liaison entre la ligne 1 de tramway et le zoo.  cette ligne se nomme la Navette (ligne 13) et s'arrête juste devant l'entrée principale du zoo. Cette ligne desservant les universités bénéficie d'une forte rotation, ce qui réduit considérablement le temps d'attente, mais peut être à certaines heures de la journée, assez fréquentée. 

Les tarifs d'entrée ?

Si l'accès au parc zoologique du Lunaret est gratuit, l'entrée à la serre Amazonienne est payant. La caisse se trouve sur la gauche de l'entrée principale. Une fois que vous avez votre billet en poche, vous pouvez vous diriger vers la porte de la serre qui se trouve en face. Vous pouvez scanner votre billet et profiter le temps que vous souhaitez de la serre.

Le prix d'entrée plein tarif adulte coûte 6.50€.

Un tarif réduit est proposé à 3€ pour les enfants de 6 à 18 ans, pour les étudiants, les demandeurs d'emploi, les séniors de plus de 60 ans sur présentation d'un justificatif.

Les enfants de moins de 6 ans et les bénéficiaires de minima sociaux sur présentation d'un justificatif ont droit à la gratuité.

Il est enfin possible d'acheter un carnet de 10 entrées pour les amoureux de la serre qui vous en coûtera 40 euros pour 10 entrées. Renseignez vous au préalable à la caisse pour en savoir plus quant aux modalités d'utilisation de ce carnet d'entrées. 

 

Quelques liens pour vous aider à préparer votre visite

Vidéo de la Ville de Montpellier réalisée pour présenter le parcours de visite (pensez à activer le visionnage en HD pour mieux en apprécier les détails)

Bonne visite et à bientôt pour de nouvelles découvertes !