Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

Menu
Aeroscopia, embarquement immédiat

Aeroscopia, embarquement immédiat

Qui n'a jamais rêvé de mieux comprendre le monde de l'aviation ? De voir rassemblés en un seul lieu quelques uns des avions les plus marquants de l'histoire de l'aviation? Si tel est votre désir le plus cher, Aeroscopia est le lieu qu'il vous faut absolument visiter. 

Ouvert en janvier 2015, Aeroscopia est le dernier né des musées aéronautiques français. Le site choisi ne l'a pas été au hasard puisque le gigantesque hall d'exposition se trouve tout près de la zone Aéroconstellation connue pour rassembler un grand nombre d'installations et des chaines de montage d'Airbus. 

Embarquons tous ensemble pour le monde des géants du ciel sur les traces des pionniers qui ont fait de Toulouse, une passerelle entre la terre et le ciel. 

Véritable star du musée, un des deux Concorde présentés à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)

Véritable star du musée, un des deux Concorde présentés à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)

Le concept d'Aeroscopia 

Le site d'Aeroscopia n'a pas été choisi au hasard. Toulouse est assurément une terre d'aviation comme en témoigne ces deux pionniers.

En effet, lorsque Clément Ader, originaire de Muret a réussi à faire décoller à Toulouse un engin plus lourd que l'air, l'histoire de l'aviation pouvait commencer. Quant à Pierre Georges Latécoère, originaire de Bagnère de Bigorre, après avoir combattu au front pendant la première guerre mondiale, il a fondé en 1917 la toute première compagnie de transport aérien au départ de l'aéroport Montaudran de Toulouse vers le Sénégal en passant par l'Espagne et le Maroc. 

Si le site de Blagnac dans la zone Aéroconstellation a été choisi, c'est pour sa proximité avec l'aéroport de Toulouse Blagnac et des usines Airbus. Et pourtant d'autres sites ont été envisagés comme celui de Montaudran qui a vu décoller les débuts de l'aéropostale et les usines Latécoère ou l'aérodrome Lasborde pour sa proximité avec la cité de l'espace.

Le site de Blagnac présente en outre l'avantage de créer un ensemble cohérent faisant le trait d'union entre entre Aéroscopia qui propose les avions modernes mythiques, les ailes anciennes qui rassemblent de magnifiques avions créés et construits sous l'ère des pionniers de l'aviation et enfin l'usine Airbus qui imagine et construit les aéronefs de maintenant et ceux qui nous feront voyager à l'avenir. 

Des offres combinées existent pour permettre aux visiteurs d'Aeroscopia de découvrir d'autres facettes de l'aviation. La complémentarité joue à fond entre les trois sites, ce qui permet de satisfaire la soif de connaissance des visiteurs novices comme des fins connaisseurs. 

L'A 400 M, un impressionnant gros porteur sur le tarmac situé entre les parkings visiteurs et le hall d'exposition (août 2016, image personnelle)

L'A 400 M, un impressionnant gros porteur sur le tarmac situé entre les parkings visiteurs et le hall d'exposition (août 2016, image personnelle)

Le circuit de visite 

Lorsqu'on arrive sur le site d'Aéroscopia, on aperçoit le bâtiment de loin, il est facilement accessible à quelques centaines de mètres des usines Airbus. Le parking est assez grand et gratuit. En longeant le site, on peut apercevoir quelques appareils exposés sur le tarmac. Découvrir un Concorde et un A 400 M qui déploient leurs ailes, on ne pouvait rêver de meilleur appât pour capter l'attention des amoureux d'aéronautique.

Le hall d'entrée est très lumineux et ressemble à s'y méprendre au hall d'un aéroport. La prise de billet est simple, rapide pour peu que l'on maîtrise les nombreuses formules de visite que je détaillerai plus loin dans les informations pratiques. Il ne nous reste plus qu'à traverser ce grand hall vers l'escalier qui se trouve au fond du bâtiment. En haut des marches, c'est un voyage dans l'histoire de l'aviation et de ses plus prestigieux appareils qui nous attend. 

On traverse un grand couloir nommé la passerelle d'embarquement qui immerge le visiteur dans les origines de l'aviation en montrant que l'un des plus grands rêve de l'homme était de pouvoir voler comme un oiseau et que la concrétisation de ce rêve est le fruit de l'imagination, du travail et de l'abnégation de centaines d'inventeurs. 

Du rêve à la réalité, la longue conquête des airs (août 2016, images personnelles)
Du rêve à la réalité, la longue conquête des airs (août 2016, images personnelles)
Du rêve à la réalité, la longue conquête des airs (août 2016, images personnelles)

Du rêve à la réalité, la longue conquête des airs (août 2016, images personnelles)

Au bout de ce couloir, nous arrivons enfin au hangar qui sert de lieu principal d'exposition. On est immédiatement saisi par le gigantisme du lieu et le nombre d'appareil que nous pouvons découvrir. Adaptez votre tenue vestimentaire à la période à laquelle vous comptez visiter Aeroscopia. En plein été, privilégiez des vêtements légers. En hiver, parka et pull ne devraient pas être de trop car le hall d'exposition n'est pas climatisé. 

Un squelette métallique hors norme soutient le hall d'exposition. (Août 2016, image personnelle)

Un squelette métallique hors norme soutient le hall d'exposition. (Août 2016, image personnelle)

De l'extérieur, l'architecture du bâtiment qui abrite les différents avions impressionne tant par sa taille (100 mètres de long, 70 de large et 25 de hauteur) qui lui permet d'accueillir un grand nombre de modèles à présenter que par sa forme simple, épurée mais qui s'intègre parfaitement au paysage. 

C'est devant l'immense soute d'un Super Gumpy que commence la visite. En effet, les visiteurs avancent sur une plate forme qui leur permet de découvrir les entrailles de ce géant du ciel pour découvrir en images les premiers pas de l'aviation à Toulouse. 

Dans les entrailles du Super Gumpy, c'est toute l'histoire de l'aviation à Toulouse qui défile devant nos yeux (août 2016, image personnelle)
Dans les entrailles du Super Gumpy, c'est toute l'histoire de l'aviation à Toulouse qui défile devant nos yeux (août 2016, image personnelle)
Dans les entrailles du Super Gumpy, c'est toute l'histoire de l'aviation à Toulouse qui défile devant nos yeux (août 2016, image personnelle)

Dans les entrailles du Super Gumpy, c'est toute l'histoire de l'aviation à Toulouse qui défile devant nos yeux (août 2016, image personnelle)

Une galerie de maquettes vous permettra d'observer l'évolution des différents appareils Airbus et on peut aisément constater la course au gigantisme. Les avions toujours plus grands, toujours plus beaux, permettant de transporter de plus en plus de passagers, en essayant désormais de réduire leur empreinte carbone sur notre environnement. 

Quelques maquettes proposées pour montrer l'évolution des avions Airbus (Août 2016, images personnelles)
Quelques maquettes proposées pour montrer l'évolution des avions Airbus (Août 2016, images personnelles)

Quelques maquettes proposées pour montrer l'évolution des avions Airbus (Août 2016, images personnelles)

Mais sur cette terrasse, c'est surtout l'immense fresque qui retrace l'histoire de l'aviation qui attire le regard. Les nombreux panneaux présentés de façon très ludique accompagnent les visiteurs dans les grandes étapes de conception des moteurs, de l'aérodynamisme et surtout des multiples usages de l'avion. 

Ils sont très synthétiques, conçus de façon intelligente car des jeux ou des explications à l'attention des enfants viennent agrémenter leur découverte. Quelques écrans vidéo diffusent des images d'archives très surprenantes. Et surtout, les grands pionniers et les grandes figures de l'aviation vous sont présentées. 

Cette fresque s'achève en nous montrant comment les ingénieurs sont parvenus à rendre les avions plus rapides, plus gros et plus nombreux mais aussi et surtout quelles sont les perspectives d'avenir en avançant des pistes pour expliquer comment peut on rendre l'aviation plus verte et moins consommatrice d'hydrocarbure : le défi le plus important du futur de l'aviation. 

Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)
Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)
Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)
Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)
Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)

Quelques pans de la grande fresque historique installés sur le grand balcon (août 2016, images personnelles)

Certes, le Grand Balcon offre une vue imprenable sur les nombreux appareils rangés au cordeau sous l'immense voûte du hall, mais descendre sur le tarmac du hall et sur la piste extérieure pour admirer de plus près ces légende du ciel qui coulent ici une paisible retraite.

Avions militaires, commerciaux, civils, toutes les grandes familles sont représentées et nous permettent de retracer les étapes majeures de l'aviation. Au fond du balcon, une passerelle nous permet d'accéder à deux appareils mythiques : un Concorde et un Airbus A 300 B.

Buste d'André Turcat, premier pilote d'essai sur le Concorde, installé près du premier Concorde conservé à Aeroscopia (août 2016, images personnelles)
Buste d'André Turcat, premier pilote d'essai sur le Concorde, installé près du premier Concorde conservé à Aeroscopia (août 2016, images personnelles)

Buste d'André Turcat, premier pilote d'essai sur le Concorde, installé près du premier Concorde conservé à Aeroscopia (août 2016, images personnelles)

Entrer dans le Concorde, cet incroyable avion capable de transporter ses passagers à la vitesse inimaginable de Mach 2, est un rêve qui prend ici réalité. Au bout de la passerelle, nous entrons dans le Concorde F-WTSB, premier avion de série. A cause d'un coût d'entretien trois fois supérieur à un long courrier, au faible nombre de passagers transportés et à sa consommation en carburant hors norme rendant les voyages de moins en moins rentables, son exploitation commerciale a été interrompue. Cet avion impressionne lorsqu'on se retrouve à l'intérieur et qu'on peut admirer l'armada d'instruments de mesure et de navigation nécessaires. On reste toujours étonné par les fauteuils en cuir installés en cabine pour le plus grand confort des passagers et qui témoigne définitivement d'un autre temps. 

La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)
La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)
La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)
La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)
La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)
La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)

La star d'Aéroscopia : le Concorde F-WTSB (Août 2016, images personnelles)

Nous sortons du Concorde des étoiles plein les yeux pour entrer dans l'Airbus A 300 B qui est rangé juste à côté. Dans les années 1960, le ciel est dominé par les entreprises américaines Boeing et Douglas. Pour faire face, français, anglais et allemands tombent d'accord pour développer un projet commun qui doit leur permettre de rivaliser. Ainsi nait Airbus et ce modèle qui sera le premier d'une longue lignée. 

Cet appareil a été légèrement modifié pour que le visiteur puisse, à travers un plancher transparent sur la partie avant, découvrir le double pont qui a fait le succès de ce modèle. En effet, les soutes étaient capables d'accueillir deux conteneurs aux normes internationales, ce qui permettait de gagner du temps à l'embarquement et au déchargement. L'appareil conservé à Aéroscopia a été repeint aux couleurs du prototype de 1972, l'appareil présente l'avantage de montrer aux visiteurs plusieurs configurations d'aménagement comme un salon privé une chambre avec salle de bain. Des options qui transforment le voyage en expérience grand luxe. 

L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)
L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)

L'A 300 B, l'autre avion que l'on peut visiter à Aeroscopia (Août 2016, images personnelles)

il est temps de descendre au rez de chaussée pour découvrir sous un autre angle les appareils exposés dans le grand hall. Quelques modèles anciens restaurés par les Ailes Anciennes de Toulouse sont exposés côtoyant d'autres modèles plus modernes. 

Quelques avions patiemment restaurés par les ailes anciennes de Toulouse (Août 2016, images personnelles)
Quelques avions patiemment restaurés par les ailes anciennes de Toulouse (Août 2016, images personnelles)

Quelques avions patiemment restaurés par les ailes anciennes de Toulouse (Août 2016, images personnelles)

On peut ainsi déambuler entre les différents avions présentés dans le grand hall. Outre les modèles historiques, on peut également admirer 

Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)
Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)

Quelques modèles remarquables d'avions présentés allant de l'hélicoptère militaire, aux avions de chasse en passant par les avions privés (août 2016, images personnelles)

Afin de compléter le contenu déjà très riche du musée, un espace est consacré aux métiers liés à l'aéronautique. le simulateur de vol passionne et attire le jeune public avide de s'exercer au pilotage. on découvre ensuite un espace qui présente les différents types d'emplois nécessaires pour rendre les voyages en avion possible mais cela fait aussi le point sur les formations nécessaires pour pouvoir prétendre à chacun de ces métiers. 

Un espace métier très ludique (Août 2016, images personnelles)
Un espace métier très ludique (Août 2016, images personnelles)

Un espace métier très ludique (Août 2016, images personnelles)

Sur le tarmac extérieur, nous accédons enfin aux quelques modèles exposés et qui avaient attiré notre attention depuis le parking public. Un autre Concorde scintillant au soleil attire notre attention. cette fois ci, impossible d'en découvrir les entrailles mais on prend pleinement conscience de ses mensurations atypiques. Mais c'est surtout l'A 400 M, un gigantesque appareil destiné à l'armée qui attire notre regard. Il est en effet propulsé par 4 turbopropulseurs à hélices. Il peut transporter 30 tonnes d matériel à son bord sur une distance de 4500 kilomètres sans ravitaillement. 

Les modèles garés sur le tarmac extérieur (Août 2016, images personnelles)
Les modèles garés sur le tarmac extérieur (Août 2016, images personnelles)
Les modèles garés sur le tarmac extérieur (Août 2016, images personnelles)

Les modèles garés sur le tarmac extérieur (Août 2016, images personnelles)

L'avenir d'Aeroscopia

Le musée ne compte s'arrêter en si bon chemin. En effet, l'avionneur Airbus, en voisin et pour sauvegarder le patrimoine industriel de la marque, a pris la décision de confier un A320, un A340 et surtout un A380 (l'avion le plus gros du monde). Ces trois avions d'essais ont eu une vie bien remplie et trouveront à Aeroscopia, le lieu idéal pour y passer une retraite bien méritée. Pour ce faire, une nouvelle zone doit être aménagée afin d'accueillir ces trois nouvelles pièces de choix. il faudra donc attendre un petit peu afin de les découvrir. 

Aéroscopia est donc un lieu qui saura ravir les sens de tous les visiteurs, jeunes comme moins jeunes, passionnés comme novices. J'espère que les quelques photos de cet article vous donneront envie de découvrir ce musée hors norme et de voir tous ces incroyables appareils qui sont parvenus à conquérir les airs. 

Informations pratiques

Tarifs d'entrée

Une billetterie est accessible dans le hall d'accueil d'Aeroscopia pour vous permettre d'acheter le billet correspondant à votre envie de découverte. 

Il vous en coûtera 11,50 euros pour un plein tarif, 9,50 pour le tarif réduit dédié aux enfants, aux étudiants, aux demandeurs d'emploi et aux personnes présentant un handicap. Les enfants de moins de 6 ans bénéficient d'une gratuité. 

Aeroscopia pense aux familles passionnées d'aviation en proposant un Pass famille à 105 euros donnant un accès illimité au site mais cela n'intègre pas les visites guidées ou la location d'un audioguide. Pour de plus amples renseignements, vous pouvez vous rendre sur le site officiel d'Aeroscopia pour découvrir la gamme de prix des offres combinées  associant la visite du Musée avec celle des usines Airbus, des Ailes Anciennes de Toulouse. 

  •  

Horaires

Aeroscopia est ouvert toute l'année sauf quelques jours en janvier pour que les équipes puissent effectuer des travaux de maintenance et préparer quelques surprises à l'attention des visiteurs. 

Le musée est ouvert de 9h30 à 19h pendant les vacances scolaires de la zone C, il ferme à 18h en dehors des vacances. La boutique ouvre dès 9h du matin et ferme, chaque jour, en même temps qu'Aeroscopia. 

Si vous êtes séduits par une visite des Ailes Anciennes (un billet combiné est proposé aux visiteurs), choisissez bien votre jour et votre créneau de visite car elles ne sont ouvertes au public que du mardi au jeudi de 14h à 18h et le samedi de 9h30 à 18h. 

 

Liens pour vous aider à organiser votre visite

Bonne visite et @ bientôt pour de nouvelles découvertes !