Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

MBDV - MON BLOG DE VOYAGE

Menu
Collioure, la perle de la côte vermeille

Collioure, la perle de la côte vermeille

En fouillant dans mes archives photos, je suis tombé sur une série réalisée il y a deux ans et que j'avais injustement mise de côté sur un disque dur de sauvegarde. Quel bonheur de pouvoir redécouvrir cette commune de 3000 habitants située sur la côte Vermeille ! Un petit coin de paradis installée entre la Mer Méditerranée et les Pyrénées, entre Perpignan et la frontière espagnole. un emplacement idéal bénéficiant d'un bel ensoleillement et d'un climat des plus agréables. 

Il n'en fallait pas plus pour donner envie de ressortir quelques uns de ces clichés et surtout d'y retourner une nouvelle fois pour en rapporter des prises de vue beaucoup plus récentes. 

Une des plages de Collioure avec au fond l'église Notre Dame des Anges (mai 2014, image personnelle)

Une des plages de Collioure avec au fond l'église Notre Dame des Anges (mai 2014, image personnelle)

La riche histoire de ce charmant petit port 

Si les premières traces d'occupation du site sont anciennes et remontent à la préhistoire, c'est à partir du VII e siècle et l'attestation de l'existence d'un château que remonte l'histoire de cette charmante petite commune. La commune passe entre les mains des comtes du Roussillon, des rois d'Aragon aux XII - XIII e siècles, des rois de Majorque. Ce sont eux qui vont reconstruire le château, qui deviendra alors résidence royale. 

La ville est le premier port du Roussillon et se développe grâce à l'essor du commerce (draps, huile d'olive, vin, épices...). Après le mariage de Ferdinand d 'Aragon et d'Isabelle de Castille, Collioure passe sous domination espagnole. Au 15e siècle, la ville est fortifiée et ceinturée par un système de forts protégeant les voies de communications  terrestres comme maritime. 

Collioure est reprise par les armées de Louis XIV avant d'etre définitivement annexée par le traîté des Pyrénées de 1659. Vauban revoit ses défenses, le fort Sainte Thérèse et le fort Saint Elme sont réaménagés pour protéger plus efficacement la ville. 

Les barques catalanes appelées «llaguts» ou « sardinals » sont indissociables de l'histoire et du paysage de Collioure (mai 2014, images personnelles)
Les barques catalanes appelées «llaguts» ou « sardinals » sont indissociables de l'histoire et du paysage de Collioure (mai 2014, images personnelles)Les barques catalanes appelées «llaguts» ou « sardinals » sont indissociables de l'histoire et du paysage de Collioure (mai 2014, images personnelles)

Les barques catalanes appelées «llaguts» ou « sardinals » sont indissociables de l'histoire et du paysage de Collioure (mai 2014, images personnelles)

Collioure profite ensuite du XIX e siècle pour se développer grâce aux activités de pêche (notamment des anchois) et au commerce du vin. La ville amorce ensuite un déclin début XX e siècle.

La commune est en première ligne de la Retirada durant laquelle des centaines de milliers d'espagnols fuient leur pays pour se réfugier en France dans des camps, hélas, sous dimensionnés. Le poète espagnol Antonio Machado est venu se réfugier à Collioure mais il y décède quelques jours après, de maladie. Son corps repose toujours à Collioure. 

Devant cet afflux très important précédant la seconde guerre mondiale, le château devient un camp spécial destiné à y accueillir les plus dangereux. Les fortification de la ville et du port sont alors renforcées par des canons destinés à se protéger des invasions venant de la côte. Certaines positions fortifiées, tourelles, canons sont encore visibles. Vous les découvrirez au gré de vos flâneries... 

Le port de Collioure et le château royal deux ans après (juin 2016 images personnelles)
Le port de Collioure et le château royal deux ans après (juin 2016 images personnelles)

Le port de Collioure et le château royal deux ans après (juin 2016 images personnelles)

Une lumière méditerranéenne qui inspire les artistes : Les premiers pas du fauvisme

La ville porte les stigmates de cette longue et riche histoire. Son patrimoine est plutôt bien mis en valeur. On ne peut toutefois pas passer sous silence l'influence des peintres qui se sont installés et sont tombés sous le charme de cette lumière si particulière, des couleurs vives de la côte Vermeille. Durant l'été 1905, Henri Matisse est venu peindre les paysages.

Accompagné par André Derain, ils créent le fauvisme. Georges Braque, Raoul Dufy sont notamment passés par cette petite commune. Quant à Jean Peské, il y a créé un musée sur la peinture qu'on peut toujours visiter actuellement.

Les jardins et le cloître du musée de Collioure (avril 2016, images personnelles)
Les jardins et le cloître du musée de Collioure (avril 2016, images personnelles)Les jardins et le cloître du musée de Collioure (avril 2016, images personnelles)
Les jardins et le cloître du musée de Collioure (avril 2016, images personnelles)

Les jardins et le cloître du musée de Collioure (avril 2016, images personnelles)

Un parcours est par ailleurs aménagé depuis 1992 pour mettre en valeur les lieux qui ont inspirés ces artistes. L'artiste Marc André 2 Figueres (MA2F) a créé des sculptures cadres pour mettre en scène les lieux remarquables autour du clocher de Collioure. Cette initiative ravit les touristes et les curieux.
Collioure vu à travers quelques cadres installés aux quatre coins du port (avril 2015, images personnelles)
Collioure vu à travers quelques cadres installés aux quatre coins du port (avril 2015, images personnelles)
Collioure vu à travers quelques cadres installés aux quatre coins du port (avril 2015, images personnelles)
Collioure vu à travers quelques cadres installés aux quatre coins du port (avril 2015, images personnelles)

Collioure vu à travers quelques cadres installés aux quatre coins du port (avril 2015, images personnelles)

Que peut-on visiter à Collioure ? 

Plus qu'un port et un rivage bleu azur, vous pourrez y découvrir Notre Dame des Anges, le château royal, le Moulin à huile et sur les hauteurs, le fort Saint Elme qui bénéficie d'un incroyable point de vue sur le rivage.

Nous reviendrons sur tous ces lieux à découvrir dans un prochain article plus détaillé qui devrait être posté dans une dizaine de jours. . 

Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)
Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)

Collioure du bord de mer aux collines en quelques clichés (juin 2016, images personnelles)

Comment se rendre à Collioure ?

Située à une trentaine de kilomètres de Perpignan, Collioure est facilement accessible par la route. Il faut prendre la direction d'Elne puis d'Argeles sur Mer. La route est bonne, passe souvent à deux fois deux voies.Un choix s'offre à vous :

- celui de l'efficacité (poursuivre votre chemin par la RN 114, la route est sure, l'accès est plus rapide).

L'accès à Collioure par le côté Port Vendres (juin 2016, images personnelles)L'accès à Collioure par le côté Port Vendres (juin 2016, images personnelles)

L'accès à Collioure par le côté Port Vendres (juin 2016, images personnelles)

- ou celui du dépaysement en empruntant la route de la corniche. Le paysage est beaucoup plus spectaculaire. Le point de vue sur les coteaux à flanc de colline, permettant de produire du Banyuls, est imprenable, tout comme la vue sur la Méditerranée et les autres stations plus touristiques du rivage catalan. Cette route vaut surtout pour la découverte de Collioure par les sommets. 

Vue imprenable sur la côte, sur le système de défense du port et sur les coteaux de Banuyls rendent inoubliable la route de la Corniche (juin 2016, images personnelles)
Vue imprenable sur la côte, sur le système de défense du port et sur les coteaux de Banuyls rendent inoubliable la route de la Corniche (juin 2016, images personnelles)
Vue imprenable sur la côte, sur le système de défense du port et sur les coteaux de Banuyls rendent inoubliable la route de la Corniche (juin 2016, images personnelles)

Vue imprenable sur la côte, sur le système de défense du port et sur les coteaux de Banuyls rendent inoubliable la route de la Corniche (juin 2016, images personnelles)

Un autre moyen tout aussi dépaysant pour se rendre dans ce petit port, c'est par le train. La voie ferrée emprunte entre Perpignan et la frontière espagnole une route qui longe le littoral et offre un point de vue remarquable sur la côte. C'est d'ailleurs un des moyens de transport qui est à privilégier si vous compter assister au feu d'artifice de la Saint Vincent qui attire des dizaines de milliers de spectateurs, saturant tous les parkings de la station. La desserte en train est par ailleurs renforcée ce jour-là. 

Collioure, la perle de la côte vermeille

Pour plus de renseignements sur ce charmant petit village, sur sa douceur de vivre, je vous recommande le site de l'office du tourisme de la commune ci-dessous. 

Bonne visite et à bientôt pour de nouvelles découvertes !